Enquête micromammifères

Enquête micromammifères

Élaboration d’une méthodologie pour l’amélioration des connaissances sur la répartition des espèces et la caractérisation de la qualité des habitats en Nouvelle-Aquitaine

En 2011, le travail sur l’Atlas des Mammifères terrestres du Poitou-Charentes a mis en évidence des lacunes dans les connaissances sur les micromammifères.

Ainsi, en 2017, un projet visant à améliorer les connaissances sur 3 espèces protégées (Muscardin, Campagnol amphibie et Crossope aquatique) a été réalisé. De ce fait, une dynamique a été lancée autour de cette thématique. Malgré tout, pour les 21 autres espèces de micromammifères non protégées à l’échelle nationale, les connaissances relatives à leur répartition restent plus que succinctes avec un statut de conservation « DD » (=Données insuffisantes) pour 7 d’entre elles à l’échelle de l’ex-Région Poitou-Charentes. Bien que de nombreuses menaces pèsent sur ce complexe spécifique (traitements pesticides, perte de connectivité, destruction directe, collision routière, sylviculture intensive, agriculture intensive), il est ainsi évident qu’aucune mesure de conservation ne peut être prise.

C’est dans ce contexte, qu’un programme régional a été élaboré pour étudier ces espèces de 2022 à 2024 en Nouvelle-Aquitaine.

Objectifs

  • Mise en place d’une méthodologie visant à améliorer les connaissances relatives à la répartition des micromammifères, 2022 – 2024 ;
  • Amélioration des connaissances sur 2 espèces à enjeux – le Rat des moissons / le Muscardin, 2023 – 2024 ;
  • Amélioration des connaissances sur 2 espèces anthropophiles – le Loir gris / le Lérot, 2023 – 2024 ;
  • Processus de réflexion : Protocoles de terrain expérimentaux, 2022 – 2024.

Enquête participative et ateliers

Dans chaque département, les associations feront un travail préliminaire de synthèse des connaissances.

En complément, de nouvelles données doivent être recherchées. C’est pourquoi une analyse de pelotes de régurgitation sera réalisée. C’est à ce moment là que chacun peut intervenir concrètement. Vous pourrez déposer à Vienne Nature des pelotes de régurgitation durant les trois années du programme. Vous pourrez également participer à des ateliers de dissection de ces pelotes (31/03/2022 et 11/04/2022 – plus d’informations à ce lien). Enfin, vous pouvez faire les deux : venir à un atelier de décorticage avec vos propres pelotes pour apprendre à en identifier les cranes cachés dedans.

Pelotes de régurgitation kezako ?

De nombreux oiseaux en produisent. Ils avalent leurs proies toutes rondes. Les poils, os ou même plumes ne sont pas digérées et sont recrachées par la bouche. C’est cette petite boule de poils que les chats recrachent parfois.

Chez la Chouette Effraie, on retrouve entier les restes d’os de ces proies qui sont principalement des micromammifères. En décortiquant ces pelotes, on retrouve donc des cranes et des mandibules. Leur analyse à la loupe permet d’en identifier l’espèce. Ainsi on peut établir une liste d’espèces présentes dans un certain rayon autour du lieu de découverte des pelotes.

 

 

Ce programme est financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et la DREAL Nouvelle-Aquitaine.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
ai1ec_event
page
post
Nous contacter

Vienne Nature
14 rue Jean Moulin
86 240 Fontaine-le-Comte
(maison en face du Gamm Vert)
Tél. : 05 49 88 99 04
Courriel : contact [at] vienne-nature.fr

Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h.

Politique de confidentialité

Suivez-nous sur Facebook
Facebook Pagelike Widget