Le scandale des bassines en Vienne

Qu'est-ce qu'une bassine ?

Les bassines sont des réserves d’eau géantes. Contrairement aux idées reçues, elles ne sont pas remplies par les pluies, mais principalement par pompage en hiver dans les nappes souterraines. Elles servent à irriguer des cultures intensives en été (maïs, tabacs, semences...) et permettent de sécuriser l’irrigation agricole telle qu’elle fonctionne depuis 40 ans.

Les projets de bassines dans la Vienne

43 bassines, autrement appelées réserves de substitution pour l'irrigation agricole, sont actuellement en projets dans le département de la Vienne, 41 dans le bassin du Clain et 2 dans celui de la Sèvre Niortaise.
Voir les actualités
...


Les 41 bassines du bassin du Clain sont destinées à stocker
11,2 millions de m3 d’eau sur plus de 500 ha.


Quelles sont les problématiques ?

Crédit : Norb

Crédit photo : Nature Environnement 17

SACCAGE DE LA RESSOURCE EN EAU

Les bassines ne sont pas des récupérateurs d’eau.
En hiver, près de 20 millions de m3 seraient pompés dans les nappes, au moment même où elles se rechargent, et sans savoir si les pluies suffiront à les remplir avant l’été. Maintenir, voire augmenter les prélèvements de certains irrigants n’est pas la réponse adaptée au changement climatique qui impose à tous des économies d’eau.
Pour l’approvisionnement en eau potable, le débit des rivières, le remplissage des zones humides et la biodiversité, les bassines sont un danger !

POMPAGE DE L’ARGENT PUBLIC

Un coût exorbitant de 72 millions d’euros, financés à 70 % par le financement public, pour les bénéfices privés de 4% seulement des agriculteurs et agricultrices.
Les éleveurs, les agriculteurs bio, les céréaliers non irrigués, les exploitants engagés dans la protection des captages d’eau potable… ne bénéficient pas des mêmes encouragements.
Double peine pour les contribuables qui financeront d’abord la construction des bassines et ensuite le coût de la dépollution de l’eau.
Le meilleur traitement contre la pollution et les déchets, c’est de les diminuer à la source.
Un détournement d’un bien commun au profit de quelques-uns.

Crédit photo : Vienne Nature

Crédit photo : Vienne Nature

ET NOTRE SANTÉ ?

Le projet des 43 bassines, c’est de maintenir les cultures intensives à haut rendement. Or ce modèle d’agriculture implique encore davantage de nitrates, de phosphates et de pesticides dans les nappes d’eau.
Autour de Poitiers, les taux de nitrates sont déjà dangereusement élevés (proche du maximum : 50 mg/l au robinet pour les nitrates).
Huit dérogations seront nécessaires en 2018 pour excès de pesticides dans l’eau du robinet ! L'agriculture intensive pose des problèmes sanitaires.
L’eau potable est un besoin vital !

NOUS AVONS BESOIN

- d’une agriculture qui réponde aux besoins d’une alimentation saine, de proximité et qui rémunère dignement le travail des agriculteurs et agricultrices ;
- d’une agriculture sans pesticides, sans OGM ;
-
d’une agriculture adaptée au réchauffement climatique ;
-
de l’instauration de circuits courts et bio et d’une agriculture paysanne qui crée des emplois ;
-
d’une réorientation des aides publiques pour soutenir ce modèle agricole alternatif ;
-
du partage équitable de la ressource en eau décidé de façon démocratique et publique ;
-
d’une protection efficace des captages d’eau potable.

Photo libre de droit

Crédit : Vienne Nature

Vienne Nature se positionne contre ces projets de bassines

L'objectif de ce programme est de contourner les restrictions d'arrosage d'été en pompant dans les nappes avant la sécheresse et en stockant l'eau dans des réserves, les fameuses bassines. Le lobby à l’œuvre derrière cette manœuvre espère en effet éviter les effets les plus visibles (et médiatiquement négatifs) de l'actuelle surexploitation de la ressource en eau : assecs de rivières et débits d'eau désastreux. Or il n'est point question d'économie d'eau dans ce programme, contrairement à ce qui est annoncé !

Ce programme cumule les défaillances et résume une politique de l'eau fondée sur la fuite en avant : renforcement des grandes cultures irriguées gourmandes en eaux et en pesticides, ignorance des enjeux de santé publique et du changement climatique...

Considérant la gravité de ces risques, les associations Vienne Nature, l’UFC Que Choisir Vienne, la Confédération Paysanne, l’ADEMA (Association de Défense de l’Environnement de Migné-Auxances), Vivre en Clain et Poitou-Charente Nature saisissent le tribunal administratif de Poitiers contre les arrêtés préfectoraux qui autorisent quatre groupements d’irrigants à construire et exploiter les réserves du bassin du Clain.

Actualités

- 19 juillet 2018 - Le groupe EAU de Vienne Nature tire un bilan d'étape de son travail sur les bassines. Consultez la note à ce lien
- 10 juillet 2018 - La Coordination anti-bassines 86 réagit à l'annonce du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine de ne pas financer en l'état les projets de bassines, ainsi qu'au report de la décision de l'Agence de l'eau sur le financement de ces projets. Lire le communiqué de la Coordination
- 17 juin 2018 - Retour sur la mobilisation citoyenne à Smarves / Roches-Prémarie-Andillé :
Vidéo de Points de vue citoyens
Article de la Nouvelle République
- 29 mai 2018 - "7 millions de m3 d'eau égarés, une erreur niée jusqu'à la dernière minute..." Lire le communiqué de Vienne Nature
- 18 mars 2018 - Bilan de la manifestation à Migné-Auxances à ce lien
- 2017 - Pétition : l'ADEMA, Association de Défense de l'Environnement de Migné-Auxances, et Vienne Nature ont lancé une pétition contre les projets de retenues pour l'irrigation agricole (bassines) dans la Vienne. Cliquez ici pour accéder à la pétition en ligne.

Localisation des réserves de substitution pour l'irrigation agricole dans la Vienne. Crédit : Vienne Nature

Pour en savoir plus :

À télécharger : 

À consulter :

- Réserves sur l'Auxances (communes de Chalandray, Maillé, Migné-Auxances, Villiers, Vouillé) : arrêté préfectoral d'autorisation et localisation des réserves.
Réserves sur le Clain Moyen (communes de Benassay, Coulombiers, Marçay, Marigny-Chemereau, Iteuil, Vivonne, Aslonnes et Château-Larcher, Roches-Prémarie-Andillé, Smarves) : arrêté préfectoral d'autorisation et localisation des réserves.
Réserves sur la Clouère (communes de Brion, La Ferrière-Airoux, Saint-Secondin, Usson du Poitou) : arrêté préfectoral d'autorisation et localisation des réserves.
Réserves sur la Dive Bouleur/Clain Amont (communes de Brux, Ceaux-en-Couhé, Chaunay, Rom (79), Payré, Saint-Sauvant) : arrêté préfectoral d'autorisation et localisation des réserves.

Revue de presse dans le Poitou-Charentes :
(NR : Nouvelle République / CP : Centre Presse)

"Un grand projet de réservoirs d’eau sert les intérêts de l’agriculture intensive au mépris de l’avenir des rivières" 1er octobre 2018 (Bastamag.net)
"La région Nouvelle Aquitaine refuse de subventionner les bassines" 27 juin 2018 (France 3 Nouvelle-Aquitaine)
"Financement des bassines : la Région exige un consensus" article du 23 juin 2018 (NR)
"Trois cents opposants aux bassines rassemblés aux Roches-Prémarie" article du 18 juin 2018 (NR/CP)
"Forte mobilisation des anti-bassines aux Roches-Prémarie", article du 17 juin 2018 (NR/CP)
"Deux-Sèvres : l'UFC-Que Choisir dit non aux bassines", article du 15 juin 2018 (NR)
"Marais Poitevin : un millier de manifestants contre les bassines à La Garette" 3 juin 2018 (France 3 Nouvelle-Aquitaine)
"Bassines : douze associations engagent le fer au tribunal" article du 23 mai 2018 (NR)
"21 bassines en Charente-Maritime : avis défavorable" article du 18 mai 2018 (NR)
"Bassines : les conclusions si attendues du préfet Bisch", article du 9 mai 2018 (NR)
"Réserves : le débat est relancé", article du 27 mars 2018 (7 à Poitiers)
"Migné-Auxances : les antibassines mobilisés au son des bassines", article du 19 mars 2018 et vidéo à ce lien (NR/CP)
"Levée de boucliers à Migné-Auxances contre le projet de construction de bassines", 18 mars 2018 (France 3 Nouvelle-Aquitaine)
"Deux-Sèvres : les anti-bassines plus déterminés que jamais", article du 14 mars 2018 (NR/CP)
"La bataille de l’eau se durcit dans les Deux-Sèvres", article du 5 mars 2018 (Le Monde)
"Projet de bassines en Poitou-Charentes : les pro et les anti manifestent", 4 mars 2018 (France 3 Nouvelle-Aquitaine)
"Deux-Sèvres : 1.500 manifestants contre le projet de bassines dans le Marais poitevin", 4 mars 2018 (France Bleu Poitou)
"Bataille pour l’eau entre agriculteurs « irrigants » et défenseurs du Marais poitevin", article du 21 décembre 2017 (Reporterre)
"La Rochelle : manifestation des opposants au projet de nouvelles bassines de substitution", 21 décembre 2017 (France 3 Nouvelle-Aquitaine)
"Dans le Marais poitevin, la guerre de l’eau a débuté", article du 10 novembre 2017 (Le Monde)
"Pour ou contre les réserves de stockage", article du 29 août 2017 (7 à Poitiers, n°366, page 9)
"C'est un gaspillage financier et un non sens économique" article du 12 juillet 2017 (NR/CP)
"Bassines : des agriculteurs sur la réserve" article du 12 juillet 2017 (NR/CP)
"Certains irrigants repentis des bassines" article du 12 juillet 2017 (NR/CP)
"En Vendée, 85% d'argent public pour les bassines" article du 12 juillet 2017 (NR/CP)
"Bassines : les opposants clôturent l'enquête publique" article du 4 juillet 2017 (NR/CP)
"Irrigation : les bassines sont-elles démocratiques ?" article du 16 juin 2017 (NR/CP)
"Bassines : Vienne Nature dénonce un simulacre de concertation" article du 26 mai 2017 (NR/CP)
"Bassines : n'en jetez plus" article du 10 mai 2017 (NR/CP)
"Les agriculteurs productivistes obtiennent un programme massif de réserves d’eau en Poitou Charente" article du 18 février 2015 (Reporterre)
"Dans le Poitou, les maïsiculteurs attisent une guerre de l'eau" article du 3 mai 2015 (Le Monde)

Nous contacter

Vienne Nature
14 rue Jean Moulin
86 240 Fontaine-le-Comte
(maison en face du Gamm Vert)

Contact
Tél. : 05 49 88 99 04
Courriel : contact [at] vienne-nature.fr

Horaires
Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi
de 8h30 à 12h30 et de 14h à 17h30.

Politique de confidentialité

Suivez-nous sur Facebook
Facebook Pagelike Widget